«Les nazis étaient passionnés d’occultisme et de sorcellerie»

Dans une interview accordée au quotidien Le Figaro, le romancier Pierre Rehov a présenté son ouvrage «88», un thriller philosophique sur les origines du nazisme.

«Au regard de l’histoire, il apparaît que les dictatures sont presque toutes nées des frustrations d’un peuple engendrées par un système existant, souvent lors d’une crise», a déclaré Pierre Rehov est un romancier, reporter et réalisateur de vidéos franco-israélien.

Dans son roman, «88», il évoque les relations entre nazisme et sociétés occultes. Pierre Rehov a expliqué ne pas être « historien, mais en tant que romancier j’aime installer mes récits dans un contexte historique. Avant d’écrire «88» qui appartient à la catégorie de ce que j’appelle les «thrillers philosophiques» j’ai entrepris des recherches approfondies sur les origines ésotériques du nazisme. Les ouvrages en la matière abondent ».

Ce dernier a indiqué que « la mode d’associer nazisme et sociétés secrètes est née de la publication dans les années soixante-dix du best-seller de Pauwells et Bergier «Le matin des magiciens». Ce livre s’étant vendu par millions à travers la planète, il a donné naissance à une approche dépolitisée du nazisme et de nombreux historiens et auteurs, parmi lesquels René Alleau, Gilles Van Grasdorff ou encore Jean Prieur se sont rués dans la brèche du succès qu’avaient emporté Pauwells et Bergier ».

Le romancier a indiqué qu’il existe des « milliers de documents disponibles sur internet qui révèlent en profondeur une alliance sans laquelle le nazisme n’aurait peut-être pas vu le jour, et vous comprendrez que les élucubrations d’Hitler et des Gauleiters sont nés de plusieurs courants ésotériques ».

Pierre Rehov a mit en évidence « le mouvement théosophique d’Elena Blavastki qui définissait l’origine des races dans un contexte ésotérique, mais surtout la Société de Thulé de Rudolf Von Sebottendorf, dont les symboles étaient déjà une dague et un svastika et dont les rituels comprenaient le salut bras tendu accompagné de l’exclamation «Heil und Sieg» devenu l’infâme Sieg Heil ».

L’ouvrage « 88 » raconte l’histoire d’un agent soviétique qui découvre dans les archives du KGB un testament secret d’Adolf Hitler donnant « les clés de la résurrection du Troisième Reich. Ce testament serait la conséquence de découvertes réalisées par l’Ahnenerbe lors d’expéditions au Tibet lancées par Himmler, à la recherche des origines de la race aryenne mais aussi de la cité mythique Shambhala. C’est à ce moment que, dans «88», réalité et fiction se croisent ».

Le titre de l’ouvrage, «88», « a un double sens. C’est tout d’abord le signe de ralliement des néonazis, le H étant la 8ème lettre de l’alphabet, 88 veut tout simplement dire Heil Hitler. Il s’agit, évidemment, pour moi, de dénoncer, pas de m’associer. L’autre signification est plus ésotérique. Le 8 c’est l’infini. Un double huit serait donc l’infini qui recommence. Quelque part, j’y vois un symbole de la réincarnation« .

Pierre Rehov, « 88 », Cosmopolis Éditions, 448 pages, 19,95 euros Cosmopolis Editions
Lire l’interview en entier sur LeFigaro.fr

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :