Les abeilles, symbolisme et correspondance

Selon les démonologues de l’Inquisition, sorcières ou sorcières qui ont réussi à manger une reine abeille avant leur arrestation serait capable de résister torture et procès sans avouer.

C’est l’une des explications utilisées par les Chasseurs de sorcières pour condamner sans aveux leurs victimes qui avait refusé de céder.

Pour Collin de Plancy, «c’était l’opinion de quelques démonographes que si une sorcière, avant d’être prise, avait mangé la reine d’un essaim d’abeilles, ce cordial lui donnait la force de supporter la torture sans confesser, mais cette découverte n’a pas fait principe».

Pour l’écrivain français, dans certains cantons de la Bretagne, on prétend que lès abeilles sont sensibles aux plaisirs comme aux peines de leurs maîtres, et qu’elles ne réussissent point, si on néglige de leur faire part des événements qui intéressent la maison. Ceux qui ont cette croyance ne manquent pas d’attacher à leurs ruches un morceau d’étoffe noire lorsqu’il y a une mort chez eux, et un morceau d’étoffe rouge lorsqu’il y a un mariage ou toute autre fête.

Ce dernier nomme les Circassiens, dans leur religion mêlée de christianisme, de mahométisme et d’idolâtrie, honorent la Mère de Dieu sous le nom de Mérième ou de Melissa. Ils la regardent comme la patronne des abeilles, dont elle sauva la race en conservant dans sa manche une de leurs reines, un jour que le tonnerre menaçait d’exterminer tous les insectes. Les revenus que les Circassiens tirent de leurs ruches expliquent leur reconnaissance pour le bienfait qui les leur a préservées.

Enfin, Collin de Plancy cite l’écrivain romain Solin, qui a écrit que les abeilles ne peuvent pas vivre en Irlande ; que celles qu’on y amène y meurent tout à coup ; et que si l’on porte de la terre de cette île dans un autre pays et qu’on la répande autour des ruches, les, abeilles sont forcées d’abandonner la place, parce que cette terre leur est mortelle. On lit la même chose dans les Origines d’Isidore.

« Faut-il examiner, ajoute le père Lebrun dans son Histoire critique des superstitions, d’où peut venir cette malignité de la terre d’Irlande ? Non, car il suffit de dire que c’est une bourde, et qu’on trouve en Irlande beaucoup d’abeilles. »

Les abeilles fascinent les humains depuis des millénaires

Les abeilles ont longtemps été associées à la fertilité, à la joie, au pouvoir féminin, au travail d’équipe, à la croissance, à l’assiduité et à la douceur de vivre.

Dans l’Égypte ancienne, les abeilles symbolisaient le royaume inférieur d’Égypte et, plus tard, les royaumes unis d’Égypte. Selon certains récités, les premières abeilles se sont formées à partir des larmes de Ra lorsqu’elles sont tombées sur le sable du désert.

Dans la Grèce antique, les abeilles symbolisaient l’industrie, le travail acharné et l’obéissance à un leadership compétent ainsi qu’à la prophétie. Les abeilles sont apparues dans les décorations des tombes mycéniennes.

De plus, certaines tombes avaient la forme de ruches, laissant supposer que les abeilles peuvent avoir été considérées comme des psychopompes (qui conduit les âmes des morts) ou des messagères des morts, ou même que l’âme humaine s’est transmutée en forme d’abeille après la mort.

L’Oracle de Delphes est appelé l’abeille de Delphes dans la 4ème Ode pythique de Pindare. Il y a un récit attestant que le temple de Delphes a été construit par des abeilles. L’abeille est alors considérée à la fois comme une travailleuse acharnée et une messagère entre les royaumes de Dieu et de l’homme.

L’hymne homérique à Hermès  évoque les Thries (cf. plus bas).

Après le vol des vaches d’Apollon par le jeune Hermès, ce dernier a été forcés de les lui rendre, puis les deux sympathisent et échangent des présents. Hermès donne a Apollon la lyre qu’il vient de créer (domaine de la musique et de la poésie) et Apollon, charmé par son jeune frère, lui offre une baguette en or (le caducée d’Hermès), les troupeaux (le domaine des bergers) et les thries, femmes-abeilles dotées de dons divinatoires :

Représentation présumée des Thries comme divinités des abeilles, Rhodes, VIIe siècle av. J.-C.

Θριαὶ γάρ τινες εἰσὶ κασίγνηται γεγαυῖαι

παρθένοι ὠκείῃσιν ἀγαλλόμεναι πτερύγεσσι

τρεῖς· κατὰ δὲ κρατὸς πεπαλαγμέναι ἄλφιτα λευκὰ

οἰκία ναιετάουσιν ὑπὸ πτυχὶ Παρνησοῖο (…)

ἐντεῦθεν δὴ ἔπειτα ποτώμεναι ἄλλοτε ἄλλῃ

κηρία βόσκονται καί τε κραίνουσιν ἕκαστα2

Voici la traduction (wikipedia) que Leconte de Lisle en a fait en 1868:

«Il y a trois Moires, vierges et soeurs, et qui se réjouissent de leurs ailes rapides. La tête couverte de blanche farine, elles habitent dans une vallée du Parnèsos ; et elles m’ont enseigné la science divinatoire à laquelle j’aspirais, encore enfant, au milieu de mes bœufs, et mon père ne s’en inquiéta point. Depuis, en ce lieu, volant çà et là, elles mangent les rayons de miel et accomplissent chaque chose. Alors, ayant mangé le miel vert, elles deviennent furieuses et veulent ardemment dire la vérité ; mais quand elles sont privées de la douce nourriture des Dieux, elles tentent de conduire hors du chemin. Je te les donne, interroge-les avec soin et charme ainsi ton esprit ; et, si quelque mortel connu de toi te rencontre, il pourra en croire ton oracle. Prends-les, fils de Maia, ainsi que les boeufs agrestes aux pieds flexibles».

Les Thries, femmes-abeilles au service du dieu Hermès

Les Thries ou Thriae (grec ancien : θριαί Thriaí) sont trois sœurs, célèbres femmes-abeilles au service du dieu Hermès. Elles sont appeées Antalia, Rosanna et Pausania. Ce sont les nourrices des dieux de l’Olympe :

  • Antalia apprend à voir l’Invisible ;
  • Pausania enseigne le passé ;
  • Rosana  apprend à voir le futur.

Les Thries produisent des abeilles et du miel, qui ont souvent été associées au sacré et à la religion. En tant qu’animaux, les abeilles sont porteuses de la parole et de la volonté divine. Les trois sœurs, nymphes et femmes-abeilles, possèdent le don de divination et servent le Dieu Hermès à qui elles ont été offertes par Apollon, dieu des oracles et prophéties.

Ce sont elles qui ont inventé l’art de la prophétie avec de petits cailloux (grec ancien : θριαί thriai) jetés dans une urne. L’art de la divination avec des pierres était pratiqué dans le sanctuaire d’Apollon à Delphes, entre autres. Le Thriambos, une chanson ou une danse du culte de Dionysos, est étymologiquement retracée au Thries.

Les Thries étaient aussi considérées comme des nymphes avec des têtes de femmes et des corps d’abeilles.  Les nymphes sont des divinités féminines de la nature, caractérisées par leur jeunesse et leur beauté.  

Un ancien relief du Musée des Beaux-Arts de Boston représentant une déesse avec la tête d’une femme et le corps d’une abeille pourrait être une représentation des Thries.

La « colonne des danseuses » à Delphes, qui pourrait être une représentation des Thries. (wikipedia)

Certaines études de Jean-Marc Luce, chercheur au laboratoire Patrimoine, Littérature, Histoire (PLH) à l’Université Toulouse II-le Mirail, laissent croire que la célèbre « colonne des danseuses », à Delphes, est une représentation des Thries. Il s’agit d’une colonne d’acanthe ornée à son sommet de trois jeunes filles placées entre les jambes d’un trépied de bronze, ait été une représentation.

Autres symboliques de l’abeille

Les abeilles symbolisent également les cadeaux offerts avec une punition cachée à l’intérieur pour ceux qui ne les apprécient pas. Le miel de l’abeille est doux, mais si vous ne l’approchez pas avec respect, sa piqûre est douloureuse.

En héraldique, l’abeille symbolise l’effort et la diligence inlassables. L’abeille a pu symboliser la résurrection et l’immortalité pour les Mérovingiens. Des représentations d’abeilles ont été retrouvées parmi les éléments funéraires de Childéric Ier.

Dans les pays scandinaves, sur certaines tombes, l’abeille est un symbole utilisé pour représenter le caractère travailleur et industrieux de la personne décédée78.

Dans la pratique magique

La cire d’abeille pour faire des bougies

Les bougies composée de cire d’abeille sont plus faciles à réaliser et laisse libre choix de leur composition : herbes, poudres, parchemins, …

Scelle un sort

Le symbole d’une abeille peut sceller un sort de douceur pour les alliés et ceux qui apprécient la bonne volonté et un aiguillon pour les voleurs et les tricheurs.

Pour utiliser le corps d’une abeille dans un sortilège, il préférable de chasser une abeille durant l’automne, lorsque le temps se refroidit, car de nombreuses abeilles atteignent leur fin naturelle de vie pendant cette période.

Elles se trouvent sur le sol à proximité de leurs ruches et de leurs lieux d’alimentation préférés.

Attention : certaines abeilles peuvent sembler mortes parce que la température est trop froide pour qu’elles puissent bouger, mais elles reprendront vie dès qu’elles se réchaufferont.

Les abeilles qui se reposent sur les plantes et les fleurs ne font probablement que dormir, tandis que les abeilles au sol sont plus probablement mortes.

La bénédiction des fées

Selon certaines rumeurs modernes : les abeilles sont étroitement associées aux fées et leur présence dans votre jardin indique les bénédictions des fées.

Encourager les abeilles, en installant des ruches, en plantant des plantes et des abreuvoirs respectueux des abeilles et en n’utilisant pas de pesticides. Les abeilles encouragent les bénédictions des fae, tandis que nuire aux abeilles peut provoquer leur colère.

La magie du Pot de miel

Le miel est souvent utilisé en magie pour adoucir une situation. Le sort Pot de miel en est un exemple. L’onction de vos lèvres avec du miel rendra vos paroles plus douces.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :