Sorceline, l’apprentie cryptozoologue

Sorceline est une bande dessinée, écrite par Sylvia Douyé et dessinée par Paola Antista. Publié aux éditions Glénat, « avec Sorceline, on plonge dans un univers merveilleux, à la croisée des mondes entre Harry Potter et Peggy Sue et les fantômes », écrit la maison d’édition.

Cette « nouvelle série de BD jeunesse rafraîchissante sur la magie et l’amitié, pleine de romance et d’aventure, par la scénariste de Marie-Lune! » a assuré l’éditeur de talents. D’ailleurs, elle a reçu le Prix Jeune Lecteur 2018 de la Bibliothèque d’Audincourt.

Sorceline est une jeune fille, passionnée par les animaux fantastiques. D’ailleurs, « d’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours aimé les animaux …. Mais pas les matous câlins ou les chiens fidèles. Non, moi, ce qui me passionne ce sont les dragons, les licornes, les monstres, les chimères, … Bref, les animaux légendaires! ».

Dans le Tome 1 « Un jour, je serai fantasticologue! », Sorceline est heureuse car elle a trouvé un stage d’été qui va lui permettre d’étudier la cryptozoologie, la « science des cryptides, les animaux mythiques et légendaires, dont l’humanité réfute l’existence ».

Une cryptide est une créature ou animal légendaire dont l’existence est envisagée au travers de témoignages mais non confirmée par des preuves matérielles, comme le yéti, le monstre du Loch Ness ou l’okapi …

Les cours prodigués dans l’île de Vorn, chez Archibald Balzar,zoologue spécialisé en fantastique. Elle va apprendre à identifier les différentes créatures, comprendre leur chaîne alimentaire, rechercher une licorne, ou encore étudier le système de mise à feu présent dans la gorge d’un dragon …

Les perspectives sont magnifiques pour Sorceline, mais son premier jour démarre mal car la jeune fille arrive en retard, alors que la règle numéro un du professeur Balzar est la ponctualité.

La règle numéro deux consiste à tout laisser tomber et le suivre à la moindre urgence. Une intrigue se met en place avec la découverte d’une gorgone sans connaissance et complètement déshydratée.

Les jeunes étudiants vont mener l’enquête pour savoir ce qui est arrivé à la gorgogne et à leur camarade de classe.

Le visuel de la BD est très attrayant. La beauté des dessins oscille entre l’enchantement et l’enfantin. Plein de couleur, avec une dominante de bleu, les planches offrent un beau contraste entre obscurité et lumière.

L’histoire est pleine de mystère, d’aventure et de découverte féerique mais il y a aussi de l’amitié entre ados, de la jalousie, de la compétition et surtout beaucoup de magie et de féérie à travers les décors – un brin gothique – et les animaux.

On suit le récit avec facilité et envie. L’écriture est fluide et agréable à lire. La police d’écriture est tout aussi originale que les planches, qui ont un vrai style particulier. Cette BD est une belle découverte qui ne demande qu’une suite.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s