Pamphile, magicienne noire

Pamphile est thessalienne, c’est-à-dire de Thessalie, qui est une région traditionnelle et historique de Grèce située dans le centre du pays.

Son nom est composé du grec ancien pan qui signifie tout et de philos qui signifie ami. Il s’agit peut-être en l’occurrence d’annoncer la nymphomanie du personnage.
Femme d’un homme riche, appelé Milon, mais avare. Elle n’a qu’une domestique, Photis. Elle habite la ville d’Hypata, présentée ailleurs comme la capitale de la Thessalie. Elle n’a pas d’enfants. (Livre I, 21, 1 et sq., traduction Désiré Nisard, 1860.)

Dans le roman d’Apulée, Métamorphoses, elle apparaît à la fin du livre I. Lucius, le personnage principal, se rend pour affaire en Thessalie, au nord de la Grèce. Il doit loger chez Milon, un usurier d’Hypata. Pamphile, son épouse, fabriquera l’onguent avec lequel il se transformera par erreur en âne.

Métamorphose de Pamphile, assistée de Photis, espionnée par Lucius

Une parente de Lucius, Byrrhène, l’avertit : « C’est, dit-on, une sorcière (maga) du premier ordre, experte au plus haut degré en fait d’évocations sépulcrales (carminis sepulchralis). Elle peut, rien qu’en soufflant sur une pierre, une baguette ou quelque autre objet aussi insignifiant, précipiter les astres du haut de la voûte éthérée dans les profondeurs du Tartare, et replonger la nature dans le vieux chaos. Elle ne voit pas un jeune homme de bonne mine sans se passionner aussitôt. Dès lors, ni ses yeux ni son cœur ne peuvent se détacher de lui. Elle l’entoure d’amorces (blanditias), s’empare de son esprit, l’enlace à jamais dans les chaînes de son inexorable amour. À la moindre résistance, elle s’indigne; et les récalcitrants sont tantôt changés (reformat) en pierres ou en animaux, tantôt anéantis tout à fait. Ah! Je tremble pour votre sûreté. Gardez-vous de brûler pour elle; ses ardeurs sont inextinguibles, et votre âge et votre tournure ne vous expose que trop à la conflagration. Ainsi Byrrhène exprimait ses craintes. » (Livre II, 5, 2, traduction Désiré Nisard, 1860.)

Il est dit d’elle qu’elle possède des pouvoirs de magicienne, issue de la magie noire. Photis, sa domestique, raconte d’elle : « Je vous dirai par quels enchantements ma maîtresse sait faire obéir les mânes, troubler le cours des astres, assujettir les dieux, soumettre les éléments. » (Livre III, 15, 7, traduction Désiré Nisard, 1860.)

Lucius dit (Livre II, 11, 5, traduction Désiré Nisard, 1860): « Je n’avais pas oublié les avis de Byrrhène; aussi pris-je grand soin de ne rencontrer que le moins possible le regard (faciem) de la maîtresse du logis. Je ne jetais les yeux de son côté qu’avec effroi, comme si j’allais voir le lac Averne. »

Dans le Livre II (11, 6, traduction Désiré Nisard, 1860), elle prédit l’avenir : « Tout à coup Pamphile s’écria, en regardant la lampe: Quelle averse pour demain! Son mari lui demanda comment elle le savait. C’est la lampe qui me l’annonce (praedicere), reprit-elle. Milon se mit à rire. Admirable sibylle que nous avons là, dit-il, au courant de toutes les affaires du ciel. Du haut de cette tige qui la porte, il n’est sans doute pas un mouvement du soleil qu’elle n’observe. »

Elle connaît les principes de magie sympathique, décrits par Frazer, ethnologue anglais, ou magie de contact, qui permettent d’agir à distance sur autrui : « En sortant du bain, elle [Pamphile] avait aperçu son jeune amant assis dans la boutique d’un barbier; et vite, elle m'[Photis] ordonna de m’emparer furtivement des cheveux que les ciseaux avaient fait tomber de sa tète. Le barbier me surprit au milieu de l’opération; et, comme ce trafic de maléfices (maleficae disciplinae) nous a fait une réputation détestable, il me saisit, et m’apostrophant avec brutalité: Tu ne cesseras donc pas, dit-il, de voler ainsi les cheveux de tous les beaux jeunes gens? Que je t’y reprenne, et, sans marchander, je te livre aux magistrats. » (Livre III, 16, 3, traduction Désiré Nisard, 1860)

Dans le Livre III, (Livre III, 17 et sq. traduction Désiré Nisard, 1860), elle a le pouvoir d’animer : « Enfermée dans ce magique laboratoire, la [Pamphile] voilà qui procède à ses manipulations (artibus) accoutumées, dont les éléments sont des aromates de toute espèce, des lames d’airain couvertes de caractères indéchiffrables, des ferrements des navires naufragés, nombre de débris humains enlevés à des cadavres avant ou après la sépulture. Ici sont des fragments de nez, de doigts; là des clous arrachés avec la chair aux croix patibulaires; plus loin du sang d’homme tué, et des morceaux de crânes humains disputés à la dent des bêtes féroces. Devant elle sont des entrailles encore palpitantes. Après quelques mots magiques, elle les arrose successivement d’eau de fontaine, de lait de vache et de miel de montagne; elle y joint des libations d’hydromel. Ensuite elle entrelace les prétendus cheveux, les noue, et les brûle sur des charbons ardents, avec force parfums. Soudain le charme irrésistible opère, et, par la mystérieuse puissance des pouvoirs évoqués, les outres, dont la toison fumait et grillait sur la braise, s’animent comme des créatures humaines … »

Dans le Livre III (21,4, traduction Désiré Nisard, 1860), Lucius l’observe se métamorphoser en hibou à l’aide d’un baume et d’une incantation : « Pamphile commença par se dépouiller de tous ses vêtements; ensuite elle ouvrit un petit coffret et en tira plusieurs boîtes, ôta le couvercle de l’une, y prit une certaine pommade (unguedine), s’en frotta longtemps la paume des mains, et, se les passant sur tous les membres, s’en enduisit le corps, de la plante des pieds à la racine des cheveux. Vint après un long colloque à voix basse avec sa lanterne; soudain elle imprime une secousse à toute sa personne, et voilà ses membres qui s’assouplissent et disparaissent, d’abord sous un fin duvet, puis sous un épais plumage. Son nez se courbe et se durcit, ses ongles s’allongent et deviennent crochus. Pamphile est changée en hibou; elle jette un petit cri plaintif, et, après quelques essais de vol à ras de terre, la voilà qui prend l’essor à tire d’aile. »

Image : Métamorphose de Pamphile, assistée de Photis, espionnée par Lucius, de Nicolo di Aristotile (Venise, 1537)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s