Science Fantasy, un sous-genre complexe

Sous-genre littéraire de la Science-Fiction et de la Fantasy, la science fantasy mêle des éléments empruntés à la fantasy à des éléments de technologie moderne dans un univers médiéval ou antique (cf. Steampunk), ou au contraire, des éléments propres à la fantasy dans un univers de science-fiction.

D’après les éditions PocheSf, la Science-Fantasy est

«née de la romance planétaire à la façon d’Edgar Rice Burroughs, puis d’Anne Mc Caffrey ou de Marion Zimmer Bradley. Les histoires se déroulent sur des planètes lointaines dans un monde où les lois naturelles sont différentes de la Terre permettant à la technologie de côtoyer le merveilleux comme dans « Star Wars » et sa Force. On y rencontre la plupart du temps des cycles planétaires mettant en scène des migrants humains débarqués sur une planète puis étant retournés à une époque médiévale offrant un espace commun entre la science la plus cartésienne et la magie la plus mystérieuse. Cependant cette magie a souvent une explication rationnelle : les pouvoirs psy des héros s’expliquent par une mutation, une évolution de l’espèce humaine, les baguettes magiques sont remplacées par les ordinateurs et les animaux étranges ou les plantes insolites sont les résultats d’expérimentations génétiques.

Ainsi, les phénomènes les plus imprévus ou les super-pouvoirs les plus impressionnants ne sont plus cantonnés dans des mondes cloisonnés, ni réservés à des êtres inaccessibles : un simple voyage en astronef suffit pour les rencontrer, via un trajet dans un espace inhospitalier ou après un naufrage à la surface d’une planète inconnue. A la limite, l’exploration et la rencontre des coutumes et des conditions de vie extravagantes est si passionnante qu’elle se suffit à elle-même comme dans certains romans de Jack Vance. Dans les romans de Marion Zimmer Bradley ou de Anne Mc Caffrey, les humains débarquant sur une planète inconnue créent une colonie et fondent une civilisation parallèle avec ses us et coutumes, sa hiérarchie, oubliant tout ou presque de la planète mère puis renouent avec leur passé en découvrant les vestiges des premiers temps ou en recevant la visite des « cousins » Terriens. Les super-pouvoirs, quand ils existent, rendent la vie plus compliquée et aussi plus intéressante pour ceux qui en sont affectés. Ils concourent à renforcer l’étrangeté du monde plutôt qu’à durcir la lutte du bien et du mal. Philip José Farmer, lui imagine dans ses romans des hommes devenus immortels dans un très lointain futur et qui bâtissent eux même des univers pour le plaisir de jouer à la vie».

La science fantasy apparaît à la fin des années 1950 avec Jack Vance et se développe vers la fin des années 1960 et le début des années 1970. La première apparition du genre date selon certains experts de la publication des ouvrages de  Robert A. Heinlein’s avec la série Magic, Inc., L. Ron Hubbard avec Slaves of Sleep, et Fletcher Pratt and L. Sprague de Camp, avec la série Harold Shea.

Ces livres sont une tentative délibérée d’appliquer les techniques et les attitudes de la science-fiction aux sujets de fantasy traditionnels. Le magazine Fantasy et Science Fiction a publié la série Opération de Paul Anderson.

Par la suite, Ace Books a publié un certain nombre de livres dans le genre Science fantasy dans les années 1950 et 1960.  L’Encyclopédie de la science-fiction souligne que, en tant que genre, la science-fantasy «n’a jamais été clairement définie», et a été le plus couramment utilisé durant la  période 1950-1966.

La franchise Star Trek, est cotée comme exemple de la Science Fantasy. Créée par Gene Roddenberry, et écrit en partie par James F. Broderick, ce dernier décrit Star Trek comme science fantasy parce qu’il comprend semi-futuriste ainsi que des éléments surnaturels / fantastiques.

En France, le sous-genre a été introduit par l’éditeur Presses Pocket pour caractériser les ouvrages d’Anne McCaffrey, avec Cycle La Ballade de Pern, Cycle Acorna ou encore La Trilogie des forces.

Il a également été utilisé par l’éditeur Nestiveqnen, en particulier pour les romans de Nicolas Cluzeau, avec sa célèbre série Dans le Multivers Gaïen.

 

3 réflexions sur “Science Fantasy, un sous-genre complexe

  1. Bel article.
    Bizarre que tu trouves Star Trek en Scence-fantasy. Star Wars y a toute sa place mais Star Trek ne possède aucun élément de la fantasy – il y a chaque fois une explication technique ou scientifique. Mais, bon, on ne va pas chipoter.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s