Circé, puissante magicienne grecque

Dans la mythologie grecque, Circé est une magicienne très puissante. Le célèbre Homère dit d’elle qu’elle est « particulièrement experte en de multiples drogues ou poisons, propres à opérer des métamorphoses ».

Connue tantôt comme une sorcière, tantôt comme une enchanteresse, fille d’Hélios le dieu soleil et d’une Océanide du nom de Perséis, sœur d’Éétès et de Pasiphaé.

Circé offrant la coupe de drogue à Ulysse, par John William Waterhouse.
Circé offrant la coupe de drogue à Ulysse, par John William Waterhouse.

Elle habitait sur l’Ile d’Ééa, dans un palais situé au milieu d’une clairière, entouré de loups et de lions, qui étaient autrefois des hommes, ensorcelés par Circé.

Circée est considérée comme l’une des rares magiciennes grecques à avoir des pouvoirs extraordinaires. Elle était redoutable et redoutée, tant pour ses pouvoirs que sa beauté. En effet, Circé parvenait à préparer des breuvages, philtres et poisons; pouvant transformer les humains en animaux. Elle en fit l’expérience sur son époux qui mourut empoisonné.

Ses sujets la détestaient et elle dut s’enfuir montée sur le char du soleil de son père Hélios.

Son palais était somptueux et elle vivait entourée de lions et de loups qui étaient en fait des voyageurs qu’elle avait transformés.

Circé offrant une coupe à Ulysse, v. 490-480 av. J.-C., Musée national archéologique d'Athènes.
Circé offrant une coupe à Ulysse, v. 490-480 av. J.-C., Musée national archéologique d’Athènes.

Lors de son voyage de retour, le héros légendaire Ulysse a envoyé 23 de ses compagnons et membres d’équipage visiter l’île d’ Ééa. Dès leur arrivée, la déesse Circé les changea en pourceaux, sauf un qui s’empressa d’avertir Ulysse.

Ce dernier, sur les conseils d’Hermès, mélangea à son breuvage une plante magique et se fit  ainsi aimer de Circé. Il obtint qu’elle redonne à ses amis leur forme humaine.

Circé et Ulysse ont eux deux fils, Télégonos et Latinus, et une fille, Cassiphoné. Elle aurait eu d’autres enfants, d’union avec des Olympiens, dont Phaunos, l’équivalent du Faunus latin, issu de ses amours avec Poséidon.

Considérée par les dieux de l’Olympe comme malfaisante, ils lui refusèrent l’immortalité et elle mourut de la main de Télémaque.

Dans la mythologie romaine, Circé est la fille d’Éétès et d’Hécate, déesse lunaire de la sorcellerie, présidant aux incantations.

Pour le logographe grec Denys de Milet, Circé épouse le roi des Sarmates, qu’elle empoisonne. Chassée une première fois par ses sujets, elle fuit sur une île déserte, ou selon d’autres, vers l’Italie où elle fonde Circaeum, aujourd’hui Monte Circeo, dans le Latium.

Pour Ovide, Circé est malfaisante, transformant par exemple Scylla en monstre marin par jalousie, et le roi Picus en pivert.

Au Moyen-Âge, elle est présente dans les légendes populaires italienne, assimilée à la figure d’Hérodiade sous le nom d’Aradia, fille de Diane et de Lucifer.

A lire les diverses existences de Circé : 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s